Sport

Poids et course à pieds : quel rapport?

La difficile expérience du marathon de Boston sous la chaleur m’a fait réfléchir à la relation entre le poids du coureur et sa performance. Comme tout le monde, j’ai toujours pensé qu’il était plus simple de courir en étant plus léger. C’est évident ! Avec les ami(e)s de course, on se représente parfois ce que serait de courir un 10Km avec un sac de 1kg de sucre dans chaque main. On comprend tout de suite qu’on court plus vite sans les kilos de sucre ! Facile. Tout le monde rigole.

Mais il y a plus que ça dans la relation entre le poids et la performance. Un ami coureur m’avait parlé un jour de la relation entre le poids et le Vo2max, mais je crois que je n’avais pas bien compris ce qu’il voulait me dire. Je restais à cette visualisation des mes 2 kg de sucre.

Le fun avec la course à pied c’est qu’il y a toujours la possibilité de rencontrer quelqu’un qui en sait un peu plus que soi-même et d’apprendre. C’est arrivé à Boston, une nouvelle rencontre avec un québécois, enseignant en soins infirmiers; une petite discussion et boum ! J’ai tout compris ! Merci Yvan ! 🙂

Oui bien sûr si on n’est pas à son poids santé il faut “porter” ces kilos à chaque foulée, mais ce que je j’ai appris, c’est que les masses graisseuses, qu’on a tous ici ou là (…plutôt là en ce qui me concerne 😉 sont vascularisées. En d’autres termes, lors de l’effort, une partie du sang et du précieux oxygène qu’il contient sont détournés vers ces régions graisseuses au détriment des muscles. Le coureur en surpoids est donc pénalisé plusieurs fois :

  1. Il porte du poids “pour rien“.
  2. Son sang/oxygène est “détourné”, ce qui créé une baisse du Vo2Max et une augmentation de la fréquence cardiaque.
  3. Il porte avec lui un isolant qui le surchauffe et qui créé des problèmes de déshydratation.
  4. Il augmente les risques de traumatismes sur ses tendons, ses muscles et ses os qui doivent amortir le poids supplémentaire.

En découvrant tout ça, je me rends compte qu’inconsciemment je m’étais tranquillement habitué à l’idée de porter 1kg de sucre dans chaque main en courant. Après tout, ce n’est pas si lourd… et ça évite surtout de s’occuper de son poids ! Je n’avais pas pensé à tout le reste et je crois bien que c’est ce qui m’a fait défaut sous la chaleur de Boston!

Ça y est je suis motivé, objectif -2 kilos dans le prochain mois pour attaquer le marathon d’Ottawa un peu plus léger. 😉
Course à pied, je t’aime !

Vous avez aimé ? Ne manquez pas le prochain article …

Vous aimerez peut-être aussi.....