Connaissez-vous les causes probables de l’insomnie ?

L’insomnie = absence de sommeil

L’insomnie est une absence de sommeil qui est anormale (qui se manifeste durant la période dans laquelle le sommeil devrait normalement avoir lieu).  Une insomnie aigüe ou chronique peut être un symptôme de trouble psychologique sérieux ou de maladie physique.

On retrouve deux types d’insomnie : soit difficultés à obtenir le sommeil (à s’endormir), soit difficultés à conserver le sommeil (à demeurer assoupi, une fois endormi).

DIFFICULTÉS À OBTENIR LE SOMMEIL

Causes probables :

– lestress et l’anxiété : ils sont habituellement aigus et transitoires, englobant tout ce qui peut causer l’inquiétude ou l’excitation.  Le stress et l’anxiété sont en toute probabilité les causes les plus fréquentes d’insomnie chez les jeunes.

– la douleur et l’inconfort physique : quelques exemples sont les maux de tête, de dent, l’indigestion, la douleur musculaire, etc…

– les changements dans le rythme quotidien : quelques exemples sont les changements d’heures de travail et le décalage horaire par suite de longs voyages en avion…

DIFFICULTÉS À CONSERVER LE SOMMEIL

Causes probables :

– l’âge : les personnes plus âgées sont plus suscesptibles aux réveils tôt et fréquents, les cycles de sommeil changeant avec l’âge.

– la dépression : certains types de dépression sont associés à des réveils durant la nuit ou tôt en matinée.  Si la dépression est accompagnée d’attaques d’anxiété, l’individu peut se plaindre d’une difficulté à obtenir aussi bien qu’à conserver le sommeil.

– les conditions physiques exaspérées durant la nuit : les rafales d’activité du système nerveux autonome (responsable du fonctionnement du coeur et de la respiration par exemple, sans qu’on ait à y penser) durant le sommeil précipitent des attaques d’angine, des maux de tête vasculaires (des vaisseaux) et des troubles du duodénum (de l’intestin) qui à leur tour nuisent aussi au sommeil.  L’hasthme, l’épilepsie et les maladies des disques lombosacraux et cervicaux (de la colonne vertébrale) peuvent aussi troubler le sommeil.

– les anomalies endocriniennes : (des glandes comme le foie ou la thyroïde, déversant leurs sécrétions internes – hormones- dans le sang).  L’hypo-et l’hyperthyroïdisme (malfonctionnement de la thyroïde – glande endocrinienne responsable de la croissance) ainsi que d’autres troubles endocriniens altèrent les cycles du sommeil (le mécanisme de cette action est inconnu).

l’apnée du sommeil : ce trouble du sommeil se retrouve plus communément chez les hommes âgés de plus de 40 ans et se manifeste par un ronflement fort et irrégulier.  Ce syndrome est caractérisé par l’arrêt de la respiration pour des périodes de 20 à 90 secondes plusieurs fois par nuit.  L’individu peut ne pas être conscient de sa respiration irrégulière et peut se plaindre uniquement de fatigue pendant le jour.  Une défectuosité du contrôle nerveux de la respiration et l’obstruction anatomique des voies respiratoires en sont les causes probables.

– le clonus musculaire : ce syndrome consiste en des mouvements rythmiques et répétitifs d’une ou des deux jambes.  L’individu peut ne pas être complètement réveillé donc être inconscient de ce phénomène.

Les médicaments peuvent causer des troubles du sommeil.  Certaines préparations anorexiques (qui ont pour effet de réduire l’appétit) prescrites ou non contiennent des stimulants de système nerveux central, de la caféine ou de l’aminophylline.  Ces médicaments peuvent donc, chez certains individus, provoquer la nervosité et empêcher le sommeil.

MÉTHODE ALTERNATIVE AUX MÉDICAMENTS ET PRODUITS

Les méthodes qui suivent devraient être considérées  avant de faire le choix de tout produit somnifère

– réduire la consommation de caféine

– éviter de consommer un repas lourd quelques heures avant le coucher

– éviter de faire la sieste durant la journée

– faire de légers exercices physiques avant le coucher ou s’assurer d’un exercice  physique suffisant durant la journée

– déterminer une heure spécifique pour aller au lit

– faire de la relaxation (pour certains c’est la lecture au lit, pour d’autres, regarder la télévision, écouter de la musique douce ou prendre un bain tiède

– diminuer les stimulations extérieures qui pourraient troubler le sommeil (ex. empêcher la lumière d’entrer et les bruits de déranger)

– consommer, à l’occasion, un grog de whisky (chaud) ou, en tout temps, un verre de lait

– prendre une petite marche de santé dehors

– adopter toute autre méthode qui soit efficace à faciliter son sommeil

TOUJOURS RETENIR QUE

Les médicaments à effet sédatif ne font qu’altérer les symptômes de l’insomnie, ils ne peuvent pas en faire disparaître les causes…  Leur utilisation est donc fortement déconseillée.  Éliminez-en la cause et votre insomnie se résolvera ; ne traitez que les symptômes et elle persistera…  Consulter votre médecin sera le mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *