Les précautions à prendre en cas d’usage des protéines

Si la protéine whey est souvent une bonne solution pour compléter un apport en protéine dans le cadre d’un programme de musculation, elle n’est malheureusement pas la solution parfaite. Avant de supplémenter votre régime, il y a quelques petites précautions à prendre.

Etes-vous intolérant au lactose ?

Le premier sujet de vigilance concerne l’intolérance au lactose. De plus en plus d’adultes développent, dans nos sociétés occidentales, cette intolérance au lactose. Il s’agit en fait d’une incapacité bénigne pour le corps de produire la lactase, l’enzyme nécessaire à la digestion du lactose. Si vous êtes dans ce cas là, vous le savez surement : le lait n’est pas votre “truc”. Il vous faut utiliser des laits à teneur réduire en lactose ou bien utiliser des laits de soja. L’impact, si vous souhaitez vous remettre en forme est assez important : en effet, la protéine dite “whey” est une protéine de petit lait, autrement qui va contenir du lactose. Le fait de prendre régulièrement des protéines whey alors que vous êtes intolérant au lactose peut vous causer bien des problèmes digestifs.

Comment diagnostiquer rapidement l’intolérance au lactose ? Le test est très simple : si, à jeun, vous buvez 2 grands verres de lait et que vous n’arrivez pas à le digérer raisonnablement (cela vous génère des maux de ventre, des diarrées, ou des vomissements…) alors c’est que vous êtes intolérant au lactose.

Que faire alors dans ce cas ? Ce n’est pas une raison pour stopper complètement votre entraînement ou jeter l’éponge. Au contraire, il faut adapter votre régime : à la place de la whey, vous pouvez utiliser de la protéine de soja ou de la protéine animale. Ou tout simplement privilégier les aliments naturels, sans supplémentation.

Comment garder les reins en état de marche ?

Un autre effet dont il faut se méfier lorsque vous prenez beaucoup de protéine, c’est le risque d’endommager les reins, dans la mesure où ceux-ci sont beaucoup plus sollicités pour digérer la protéine. On parle ici d’un risque plutôt sur le long terme : ce n’est pas une prise de protéine qui va vous donner mal aux reins, par contre c’est la prise répétée, sur de longues années, qui peut amener ce risque. Comment s’en prémunir et garder des reins en bon état ?

Tout d’abord, il ne faut pas baser l’intégralité de son alimentation sur les suppléments. Il est important de varier son alimentation, et si vous prenez 4 à 6 repas par jour, il est important de ne garder la protéine en supplément en poudre que sur 1 à 2 repas par jour maximum, pas beaucoup plus. Les autres repas doivent être prise de façon “solide” à partir d’une alimentation équilibrée.

Il est également important de bien s’hydrater pour conserver les reins dans un bon état de fonctionnement. Vous devez boire, au long de votre journée, beaucoup d’eau. De 1L à 1,5L selon votre âge, votre niveau d’activité… sans compter l’eau qui provient également de votre alimentation. Si vous prenez suffisamment d’eau au long de la journée, vous n’aurez pas de questions à vous poser pour vos reins.

En conclusion, ne soyez pas effrayé par tout cela : les protéines whey restent une manière fiable et rapide d’obtenir des résultats. Il est important d’être bien conscient cependant des limites de celles-ci et de bien adapter la prise, notamment dans les cas d’intolérance au lactose. En cas de doute, bien sûr, sollicitez votre médecin traitant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *