Pourquoi on parle d’andropause comme « âge critique »?

L’andropause, est-ce que ça ressemble à la ménopause ?

Âge mûr !

  Oui, mais elle ne  présente pas les mêmes inconvénients que cette dernière  et passe le plus souvent inaperçue.

Regardons la définition du dictionnaire « diminution progressive de l’activité sexuelle chez l’homme, décrite comme l’âge critique coïncidant avec des changements dans la vie des hommes ».

Pourquoi cette période est-elle appelée  » l’âge critique » , pensez-vous ?   Parce que, comparée à la ménopause, l’andropause possède certains critères moins bien fondés, au point que certains hommes nient qu’ils viennent d’entrer dans le processus les conduisant de l’âge mûr à la vieillesse.

L’andropause est l’ensemble des modifications physiopathologiques et psychologiques qui accompagnent l’arrêt naturel et progressif de l’activité sexuelle chez l’homme. Ces modifications sont provoquées par la diminution de la sécrétion des androgènes, qui accompagnent le retour d’âge masculin.  Elles commencent en général vers 40 ans et se poursuivent sur 5 à 10 ans.

L’andropause touche plus précisément les organes sexuels qui consiste en une baisse d’intérêt pour la sexualité, en même temps que plusieurs autres changements qui peuvent survenir,  par exemple, au niveau  du métabolisme : métabolisme du sucre avec une tendance au diabète, métabolisme des graisses avec une élévation du cholestérol et des triglycérides et métabolisme  des protéines avec une déstructuration de tous les organes qui, eux, sont constitués de protéines.  Il se peut aussi que la réalité du sujet se reproduise, par une expression plus marquée pour le désir et l’attrait sexuel, avec des hauts et des bas excessifs : appelé « le démon du midi ».

Certains hommes verront apparaître les bouffées de chaleur, le diabète, l’artériosclérose avec son hypertension, la maladie coronaire, les maladies cardiaques, l’arthrose, fatigue générale, baisse de la libido… mais cela fait partie des troubles d’ordre général et des plus rencontrés, à ces âges.  À ce moment, un simple suivi aux 6 mois sera peut-être prescrit par le médecin.  Il est vrai aussi que l’hypertension artérielle, angines de poitrine, palpitations, essoufflements ont  été rattachés abusivement à l’âge critique de l’homme.  Par conséquent, si ces troubles s’accompagnent de baisse de testostérone, de diminution de la masse corporelle, d’augmentation de masse graisseuse, il est certain qu’il sera question d’andropause.

Que se produit-il  lorsqu’il y a une baisse de testostérone ?

Un ralentissement dans tout l’organisme, confirmé par des pertes de mémoire, une digestion plus difficile, un manque de résistance à l’effort, une plus grande fatigue,  de l’embonpoint, de l’insomnie, une transpiration plus forte…

Il est important de noter que la fertilité des hommes n’est pas en cause ici, puisque les hommes peuvent garder leur fertilité jusqu’à un âge avancé.

Voyez si vous répondez affirmativement à ces questions :

-Avez-vous moins d’intérêt pour la sexualité?

-Votre travail vous demande-t-il trop d’énergie ?

-Avez-vous de la difficulté à vous concentrer ?

-Manquez-vous de créativité ?

-Avez-vous besoin de plus de périodes de repos?

-Avez-vous perdu de la masse musculaire au profit de la masse graisseuse?

-Vous est-il difficile de faire des activités sportives?

-Votre endurance physique est-elle à la baisse ?

-Avez-vous l’humeur changeante, même agressive ?

-Êtes-vous dépressif, avez-vous perdu votre joie de vivre ?

Si vous avez 50 ans et plus et que la réponse à ces quelques questions est positive, il serait bon d’en parler à votre médecin.  Par des examens appropriés  (ex. prostate, taux de cholestérol, taux de sucre …), votre médecin pourra détecter et même exercer un certain contrôle  sur les symptômes qui vous préoccupent.  Annuellement, il fera une analyse préventive de vos niveaux hormonaux et ainsi, il pourra vous éviter les problèmes éventuels.  Si malgré tout, le diagnostic d’andropause est posé et qu’un traitement s’avère nécessaire, il s’agira alors de traitements hormonaux.

Votre médecin pourra alors prescrire de la testostérone sous forme d’injections intramusculaires, de timbres, de gel en application ou des capsules. Voyez avec votre médecin quelles sont les différentes options qui seraient le mieux adaptées à votre condition.

 Le traitement de l’andropause doit être tantôt de calmants et de tranquillisants, tantôt de fortifiants et bien entendu d’hormone mâle à petites doses qui se révèle parfois le plus heureux effet.  Mais il est bon de surveiller les excès alimentaires, physiques ou sexuels, sans toutefois abandonner toute activité, la passivité étant aussi nocive que les excès.  Vous êtes le seul juge pour vous-mêmes, à vous de décider selon votre besoin et votre bon sens.

Mais la grande majorité des hommes supportent le plus souvent parfaitement bien le passage de l’âge mûr à la vieillesse, réagissent chacun suivant leur tempérament les uns avec une nuance de regret, de fatigue, un besoin de repos, les autres avec un dynamisme sans défaillance. Leur activité intellectuelle n’a jamais été aussi vive et certains sont au maximum de leurs possibilités à cette période de leur vie qui représente pour eux l’aboutissement et l’équilibre. Quant au déclin sexuel, il est bien variable. Pour certains tout est fini à 50 ans et cela ne les inquiète pas, tandis que d’autres poursuivent gaillardement leur activité jusqu’à un âge avancé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *